L’art du portrait s’invite à l’école

12 Juin L’art du portrait s’invite à l’école

Ce vendredi matin-là, deux artistes d’Artoteka, Judith Millot et Birgit Munsch, s’installent chacune dans une salle de l’école primaire Aristide Briand, sur la rive droite de Bayonne, pour accueillir une quarantaine d’élèves de CP, CE2 et CM1 des écoles Artistide Briand et La Citadelle. Judith Millot installe sa presse pour une séance de gravure sur Tetrapack (brick de lait) et Birgit Munsch prépare des tampons encreurs pour une séance de dessin autour du portrait et de l’empreinte digitale.


1. Un écriveur

  

Judith Millot montre aux élèves les outils dont ils vont disposer et notamment une machine qu’ils voient pour la première fois. « Ecriveur » d’après un jeune garçon, « machine à écrire » selon un autre, la drôle de machine est en réalité une presse, qui comprimera une feuille blanche et le Tetrapack gravé recouvert d’encre noire. Chacun, sur le thème du portrait, dessine, et crée sa matrice : un bout de visage, un buste, et le rendu de la gravure étonne visiblement les élèves. Leur dessin devient œuvre.

  


2. Des créations avec du plastique

  

Birgit Munsch se présente comme artiste plasticienne en demandant aux enfants ce que cela peut signifier. « Tu fais des créations avec du plastique », « avec du carton, des déchets », répondent-ils. Puis le dialogue s’instaure.

L’atelier « empreintes » vise à interroger la question de l’identité et du collectif dans le portrait en alternant : la réalisation d’un portrait de groupe avec une frise d’empreintes digitales, et celle du dessin d’un visage aux doigts. Ces productions mises ensemble forment un second portrait de groupe.

  


3. Ça me stresse

Les groupes examinent ensuite une œuvre louée au fond d’Artoteka : « Qui suis-je ? » de Claude Periez, un portrait en forme d’énigme. Commentaires des enfants : « Une dame s’est cachée avec ses mains », « ça me stresse, c’est dérangeant », « c’est un fantôme ! », « c’est un portrait caché ». La parole circule, et la pratique des élèves travaillant toute l’année sur le thème du portrait (comme en témoigne une exposition dans leur bibliothèque) transparaît dans les réflexions qui fusent. 

 Qui suis-je ? Claude Periez 2015, au catalogue d’Artoteka

Un partenariat
Le partenariat entre Artoteka et le Réseau d’Education Prioritaire a permis cette année aux écoles Aristide Briand et la Citadelle d’accueillir dans deux classes les œuvres de Christine Duboz, Arborescence 2 et Charlotte Lelong, Portrait 1. Ces œuvres ont servi de support au cycle de travail sur le thème du portrait.

Vous avez des projets culturels avec vos élèves et vous souhaitez leur proposer une approche artistique différente ? N’hésitez pas à faire appel à nous ! Nous vous proposerons des actions de médiation adaptées à vos envies et vos possibilités.

artoteka.contact(a)gmail.com pour toute demande

En savoir plus sur les artistes intervenantesjudithmillot.com et birgitmunsch.com

No Comments

Post A Comment

18 + cinq =